Réouverture du bureau d'Anciens Combattants à Sydney, N.-É. : les syndicats déplorent le niveau de service est insuffisant

 

Réouverture du bureau d'Anciens Combattants à Sydney, N.-É. : les syndicats déplorent le niveau de service est insuffisant
 
SYDNEY, N.-É. – Le ministère des Anciens Combattants a procédé aujourd’hui à la réouverture officielle de son bureau à Sydney. À cette occasion, le Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants (SEAC) et l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) ont tenu une conférence de presse pour dénoncer les lacunes dans les services aux anciens combattants.
 
Le niveau de service insuffisant est principalement imputable aux problèmes de dotation en personnel. Le Ministère éprouve en effet des difficultés en matière de recrutement et de maintien des effectifs. En outre, il faut huit mois de formation avant qu’une personne puisse assurer les services aux anciens combattants.
 
« Le SEAC prend au sérieux le rôle qu’il a à jouer dans les milieux de travail et dans les collectivités. Nous estimons que nous devons jouer un rôle progressiste, notamment en exigeant du gouvernement qu’il réponde de ses actions », a déclaré Carl Gannon, le président national du SEAC.
 
Colleen Hodder, vice-présidente exécutive régionale par intérim de l’AFPC-Atlantique, a pour sa part réaffirmé le souci du syndicat pour le bien-être des anciens combattants et des fonctionnaires. « L’AFPC a 170 000 membres et elle fête son 50e anniversaire cette année. Les gouvernements se succèdent, mais l’AFPC demeure la voix des fonctionnaires. Lorsque les fonctionnaires n’ont pas les ressources nécessaires pour servir efficacement le public, nous nous faisons un devoir de les défendre et de réclamer que le gouvernement offre à la population les services dont elle a besoin. »
Provinces: