Notre annonce dans Metro Halifax: La santé au travail, ça touche tout le monde

Metro Halifax publiera un article spécial sur les syndicats le 24 avril (intitulé « Understanding and Appreciating Unions »).  Voici notre annonce que nous publierons pour accompagner cet article. (en anglais seulement)

 

La santé au travail, ça touche tout le monde
 
Les membres de l’AFPC ont toujours été à l’avant-plan de la lutte pour des milieux de travail sains. Un milieu de travail sain favorise une bonne productivité et des familles saines. On ne prête pas toujours assez attention aux incidences des conditions de notre milieu de travail sur notre vie personnelle — cela doit changer.
 
Bien sûr, le temps c’est de l’argent. Mais il ne faut pas oublier que la vie est extrêmement courte. Faisons donc en sorte que le temps que nous passons au travail ne nuise pas à la qualité de notre vie dans son ensemble.
 
Les syndicats ont énormément contribué à l’amélioration des milieux de travail. Ils ont lutté pour des congés de maladie payés, pour des lois sur la santé et la sécurité qui accordent le droit de refuser de faire un travail dangereux, pour des pauses, pour des uniformes et des équipements convenables fournis par l’employeur, etc. 
 
Congés de maladie
 
Grâce aux congés de maladie payés, les travailleurs et travailleuses peuvent éviter d’être malades pendant de longues périodes et aussi de répandre la maladie. Il nous est tous arrivé de nous faire servir dans un magasin ou un bureau par une personne grippée. Il faut aussi savoir qu’une personne qui va travailler quand elle est malade augmente le risque de se blesser au travail. Les facteurs attribuables à la maladie ― le stress, le manque de sommeil, la fatigue, les effets secondaires des médicaments, etc. ― influencent directement la capacité d’une personne malade à fonctionner avec ses collègues et tout ce qui l’entoure.
 
Amiante
 
L’amiante est la principale cause de décès attribuables au travail au Canada. On estime que plus de 2 000 personnes meurent chaque année de maladies causées par l’exposition à l’amiante, comme le mésothéliome et le cancer des poumons. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, on enregistre dans le monde 107 000 décès associés à l’amiante chaque année.
 
Le mouvement syndical dénonce énergiquement cette situation depuis très longtemps. Heureusement, notre dur combat commence enfin à porter ses fruits. En effet, le gouvernement fédéral s’est engagé à interdire l’amiante et les produits qui en contiennent d’ici 2018. L’AFPC, qui a pressé le gouvernement fédéral pendant des années d’interdire l’importation, l’exportation et la production d’amiante, attendait cette décision avec beaucoup impatience.
Pour beaucoup, cette interdiction de l’amiante a trop tardé à arriver. À l’AFPC, nous célébrons cette décision du gouvernement en pensant à notre confrère Howard Willems, décédé le 8 novembre 2012. Le confrère Willems a été exposé à l’amiante lorsqu’il travaillait comme inspecteur d’usines en rénovation et a été frappé par la suite par une forme rare de cancer causée par l’inhalation de fibres d’amiante.
 
Tout en luttant contre cette terrible maladie, le confrère Willems a réussi à convaincre la Saskatchewan d’adopter une loi exigeant l’inscription de tous les immeubles contenant de l’amiante dans un registre public. On appelle cette loi la « Loi Howard ».
 
Le confrère Willems est seulement l’une des trop nombreuses personnes qui ont souffert et qui ont perdu la vie à cause de l’amiante.
 
L’interdiction de l’amiante qui entrera en vigueur en 2018 est une grande victoire qu’il faut célébrer. Et c’est une victoire qui démontre que les syndicats ne travaillent pas seulement pour leurs membres, mais pour toute la population du Canada.
 
Beaucoup trop de gens perdent la vie au travail ― réclamons des milieux de travail sains et sécuritaires pour tous!
Provinces: