Université Memorial : la crise financière n’est pas imputable aux chargés de cours

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
26 avril 2017
 
Université Memorial : la crise financière n’est pas imputable aux chargés de cours 
 
ST. JOHN’S (T.-N.L.) – Le Lecturers’ Union of Memorial University of Newfoundland (syndicat des chargés) ― qui constitue la section locale 90500 de l’Alliance de la Fonction publique du Canada ― se prononce sur la crise financière que l’Université Memorial tente de surmonter.
 
La présidente du LUMUN, Martha Wells, explique le point de vue de son syndicat : « Nous représentons plus de 1 000 chargés de cours, dont des centaines enseignent à l’Université Memorial. Je ne mâcherai pas mes mots : ces travailleurs de première ligne ne gagnent pas un salaire de subsistance et n’ont aucune garantie d’emploi ni aucune couverture pour soins de santé et soins dentaires. Nos membres reçoivent au plus 5 350 $ pour donner un cours et ils peuvent donner un maximum de deux cours par semestre. Les chargés de cours ne sont pas la cause des difficultés financières de l’Université. Nous sommes les chargés de cours les moins payés du Canada atlantique et parmi les moins payés au pays. Nous représentons aussi les stagiaires postdoctoraux. Certains de ces chercheurs très qualifiés gagnent aussi peu que ‎14,66 $ l’heure. Parallèlement, près d’un millier d’employés de la MUN font plus de 100 000 $ par année, et trop d’entre eux font partie de l’administration, y compris le recteur, qui est l’un des plus payés au pays. »
 
Pour conclure, Mme Wells ajoute : « À l’assemblée extraordinaire du Sénat le 24 avril, l’Université a présenté seulement deux propositions pour sortir de sa crise financière : soit diminuer ses dépenses dans le secteur de l’enseignement, soit augmenter ses revenus en haussant les frais de scolarité et en imposant de nouveaux frais aux étudiants. Nous joignons notre voix à celle des étudiants et d’autres parties qui demandent l’Université étudie sérieusement, attentivement et avec transparence les salaires dans sa direction et ses services administratifs dans un effort pour réduire ses dépenses. »
 
Jeannie Baldwin, vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC en Atlantique, abonde dans le même sens. « Nous espérons vraiment que l'Université montrera qu’elle apprécie le travail des membres de l’AFPC — qui œuvrent en première ligne — et verra à les payer adéquatement. Ces travailleurs ne doivent pas être tenus responsables ou pénalisés parce que les dirigeants sont fortement rémunérés. »
 
Le LUMUN englobe plus de 1 000 chargés de cours, plusieurs centaines de professeurs et environ 75 stagiaires postdoctoraux à l’Université Memorial. Les conventions collectives de ce syndicat ont expiré en août 2016.
 
– 30 –
 
Renseignements et entrevues :
Sébastien Bezeau, agent d’action politique et de communication

 

Sujets: